Actualités

La CEPGL, terre de guerres et de conflits : qui administrera le remède ?

L’association rwandaise Alarm Ministries nous a fait parvenir une intéressante réflexion, rédigée par son directeur exécutif, Freddy Bisetsa, sur le rôle que les jeunes et les femmes pourraient et devraient tenir dans la revitalisation de la Communauté économique des Pays des Grands Lacs (CEPGL), organisation regroupant la RDC, le Burundi et le Rwanda. 

Burundi : Un observatoire répertorie les cas de violence armée

Selon les données collectées par l’Observatoire de la violence armée (OVA), 870 incidents armés ont été répertoriés entre janvier et août 2014 au Burundi. Ces incidents, en majorité causés par le banditisme et des conflits domestiques et fonciers, ont fait 388 morts durant cette période et un nombre encore plus important de blessés. Dans 387 cas, des armes blanches ont été utilisées et, dans 356 cas, des armes légères et de petit calibre (ALPC). 

Le cliché partiel des exportations d’armes vers l’Afrique donné par l’ONU

Selon le Registre de l’ONU sur les armes classiques, les pays européens, et notamment ceux de l’Europe de l’Est, sont demeurés, au cours de l’année 2013, parmi les principaux fournisseurs d’armes des États africains.

Les armées africaines en question, réflexions d’un détenu à Makala (RDC)

Alors qu’il aurait dû bénéficier de la loi d’amnistie adoptée le 4 février 2014, Me Firmin Yangambi, directeur de la Fondation Paix sur Terre – RDC, ainsi qu’un autre membre de la Fondation, Eric Kikunda Bolembo, croupissent depuis cinq ans à la prison de Makala de Kinshasa.

TCA : le cap des 50 ratifications est passé !

Ce 25 septembre marque la prochaine entrée en vigueur du Traité sur le commerce des armes (TCA) puisque, avec le dépôt de sept nouveaux outils de ratifications auprès des Nations Unies, le nombre d’Etats-membres ayant signé et ratifié le traité atteint désormais le chiffre de 53, soit trois de plus que nécessaire pour entraîner la mise en œuvre du traité.
Ainsi, pour ces 53 Etats, ainsi que pour ceux qui l’auront éventuellement ratifié d’ici là, le TCA deviendra contraignant dès le 25 décembre 2014. 

L’UE finance un programme de collecte d’armes de la CEDEAO

L'Union européenne (UE) a promis un montant de 5,56 millions d'euros pour soutenir la campagne de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) visant à maîtriser la prolifération des armes de petit calibre en Afrique de l'Ouest. Le projet, intitulé « Soutien de l'UE au mandat de la CEDEAO pour la paix, la sécurité et la stabilité », a été lancé à Abuja le 16 septembre. Il complétera plusieurs initiatives similaires, visant à réduire la circulation illégale des armes dans la région.

Bandundu (RDC) : Un atelier pour encourager les femmes à s'investir dans la résolution des conflits

Un atelier sur la contribution des femmes à la résolution des conflits, et en particulier aux résolutions 1325 et 1820 du Conseil de sécurité des Nations Unies, s’est tenu les 20 et 21 septembre 2014 à Bandundu-ville, à l’initiative du Collectif des Femmes Rurales pour le Développement (COFERD).

Un rapport sur les droits humains au Sud-Kivu

L’asbl Paysans Actifs Contre l’Ignorance et la Faim (PACIF), membre du RAFAL basé dans le Sud-Kivu (RDC), vient de publier un rapport consacré à la recrudescence des violations des droits humains dans la plaine de la Ruzizi, frontalière avec le Burundi. Ces violations consistent en vols, extorsions, assassinats, enlèvements et ont culminé en juin avec la tuerie de Mutarule (33 morts), imputée à des groupes armés burundais.

Appel d’Amnesty International à un renforcement des droits humains au Mali

Deux ans et demi après le début de la crise qui frappe le Mali depuis début 2012, Amnesty International dresse, dans un rapport publié le 21 août, un nouveau bilan sur le respect des droits de l’homme par l’ensemble des acteurs présents sur le territoire malien. Ce rapport s’intéresse notamment à la période qui a vu la ville de Kidal faire l’objet d’affrontements violents entre troupes gouvernementales et groupes armés d’opposition en mai 2014.

Les enfants-soldats du Sud-Soudan

Le recours aux enfants-soldats au Soudan du Sud fera l’objet de discussions au Conseil de Sécurité des Nations Unies le mois prochain. Selon le haut responsable des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, cette pratique qui tendait à disparaitre a refait son apparition depuis la reprise des violences en décembre 2013.

Sud-Soudan : Amnesty International demande un embargo sur les armes

Dans un communiqué de presse daté du 17 juillet 2014, Amnesty International (AI) exhorte le Conseil de sécurité des Nations unies à décréter un embargo total sur les armes en direction du Soudan du Sud.  Selon les informations recueillies par AI en juin dernier, la Chine aurait livré 1 000 tonnes d’armes légères et de petit calibre (ALPC) au gouvernement sud-soudanais dans le cadre d’un contrat d’une valeur de 38 millions de dollars conclu en avril 2013. Toujours selon l'ONG, ce transfert d’armement traduirait un double jeu de la Chine.

Enfants-soldats : un rapport à contre-courant

Lebon Mulimbi, chercheur et coordinateur de l’APDHUD, asbl basée au Sud-Kivu (RDC), nous a fait parvenir un intéressant rapport, fruit d’une longue expérience de terrain, remettant en question quelques idées reçues sur les enfants-soldats et leur processus de réintégration dans la vie civile.

Lutte contre la prolifération des ALPC : Associer les communautés locales aux efforts internationaux

Le siège de l’ONU à New York a accueilli, du 16 au 20 juin, la 5ème réunion bisannuelle des Etats devant évaluer la mise en œuvre du Programme d’action des Nations Unies sur les armes légères et de petit calibre (ALPC). Cette réunion devait permettre de faire le point sur l’application du Traité sur le commerce des armes, adopté en 2013 par l’Assemblée générale de l’ONU et ayant ouvert la voie au lancement d’initiatives régionales dans la Corne de l’Afrique et la région des Grands lacs.

Centrafrique : armes en solde

Selon Jeune Afrique, une des causes expliquant l’insécurité en République centrafricaine serait le prix extrêmement bas des armes. En effet, d’après l’hebdomadaire de Paris, une petite grenade de fabrication chinoise coûterait la somme dérisoire de 200 francs CFA (ou 0.30 euro/0.35 dollar). Un pistolet 9 mm, chinois lui aussi, se vendrait entre 5 000 et 10 000 F CFA et un pistolet-mitrailleur AK 47, 20 000 F CFA.

465 armes à feu, 4 948 munitions récoltées à Bunia (RDC)

Le PNUD-RDC communique que, dans le cadre d'une opération de désarmement civil volontaire (DCV), 465 armes à feu et 4 948 munitions ont été récoltées à Bunia et ses environs, dans le district de l'Ituri de la Province orientale de RDC.

Pages

Subscribe to Actualités