Combler l’écart entre développement et trafic d’armes

Version imprimableEnvoyer par email

Depuis le 1er janvier 2016, les 17 Objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l’horizon 2030 – adopté par les dirigeants du monde en septembre 2015 lors d’un Sommet des Nations Unies – sont entrés en vigueur. Au cours des 15 prochaines années, grâce à ces nouveaux objectifs qui s’appliquent à tous, les pays mobiliseront les énergies pour mettre fin à toutes les formes de pauvreté, combattre les inégalités et s’attaquer aux changements climatiques, en veillant à ne laisser personne de côté.

Les 17 Objectifs de développement durable et leurs 169 cibles couvrent un champ plus large et vont plus loin que les objectifs du Millénaire pour le développement en abordant les causes profondes de la pauvreté et le besoin universel d’un développement qui donne des résultats pour tous. Les objectifs portent sur les trois dimensions du développement durable : la croissance économique, l’inclusion sociale et la protection de l’environnement.

En particulier, le 16ème objectif entend « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ». Celui-ci se décline en une douzaine de « cibles », dont la réduction de « toutes les formes de violence et les taux de mortalité qui y sont associés », des « flux financiers illicites et (du) trafic d ’armes » et de la corruption.

Autrement dit, pour la première fois, les Nations Unies font le lien entre le développement durable et un ensemble de mesures précises pour lutter contre le trafic d’armes, lui-même un des principaux générateurs de violence armée. Ces mesures doivent être conçues et prises au niveau local, national et global, par des acteurs étatiques et civils, dans le cadre d’un « plan d’action pour l’humanité, la planète et la prospérité ».

Les Objectifs de développement durable sont ambitieux et demandent une mobilisation mondiale, ainsi que des partenariats et des moyens renforcés. Cependant, en effectuant la jonction entre les agendas en matière de développement et de désarmement, ce programme présente une cohérence inédite qui lui procure un atout pour son succès.

Sources :

Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030, résolution 70/1 de l’Assemblée générale de l’ONU, 21 octobre 2015

A New Development Agenda: Bridging the Development– Security Divide, Small Arms Survey, Research Notes, n° 58, juin 2016